Variante par Les Authieux (PSO)

Tout au long du débat public qui s’est tenu du 9 juin au 9 novembre 2005, les associations de défense de l’environnement et les Verts ont mis en avant qu’un passage de la future voirie en plein sites Natura 2000 serait la source de contentieux, notamment avec l’Union Européenne (délimitations des sites fixées indépendamment du projet de tracé de référence plus ancien). Pour sortir de cette problématique une décision d’engager des compléments d’études a été signée le 2 mars 2006 par Dominique Perben, Ministre de l’Equipement, de façon a élargir plus au sud le périmètre d’études défini par l’arrêté préfectoral du 4 novembre 1998 (projet initial). L’objectif est d’examiner la faisabilité de variantes de passage évitant le site Natura 2000 « Boucles de Seine amont, coteaux de Saint-Adrien ». Une commission environnement sera ensuite chargée d’examiner le dossier d’impact créé par les différentes variantes de façon à rendre ses conclusions au cours de l’été 2007.

Ces variantes ont pour objectif premier de s’affranchir de l’empiètement des têtes de tunnel (image ci-contre réalisée par le bureau d’études Siriatech) prévues de part et d’autre du coteau de Saint Adrien (tronçon de passage le plus critiqué). En effet, les 2 ouvertures béantes ainsi créées pourraient porter atteinte à un milieu sensible abritant une faune et une flore particulières comme la violette de Rouen. Toutefois, cette espèce endémique de la vallée de la Seine, n’aurait plus été repérée sur le coteau depuis 1999. En second lieu, l’étude de ces variantes doit permettre de démontrer au public que les que les nouvelles solutions techniques proposées ne sont pas plus acceptables sur le plan environnemental que le tracé initial et qu’il convient, en conséquence, de retenir celui-ci en en réduisant au mieux les impacts. Enfin, le dernier objectif est de s’assurer que l’on a épuisé toutes les solutions envisageables.