Un tracé court contre la variante « préfet-rentielle ».

Carte-IGN-CONTOURNEMENT-7_11_2012

Carte du contournement Est du Grand Rouen proposé par APACHE (tracé de la liaison directe A28-A13 en trait plein bleu) en remplacement du tracé « préfet-rentiel » de la DREAL soumis à une concertation publique en 2014 (tracé long de 41.5km en pointillé rouge), ce dernier incluant : un barreau vers le Rond Point des Vaches par les Authieux + un barreau Eurois vers Val de Reuil le long de la forêt de Bord dévastateurs pour l’environnement et non conformes aux objectifs fonciers du futur PLUi

Au cours de la réunion du COPIL (comité de pilotage) qui s’est tenue le 19 octobre dernier, le préfet, M. Bousquet, a exprimé sa préférence pour une variante du Contournement Est (liaison A28-A13 et barreau de raccordement au rond-point des Vaches). Sans surprise, le tracé initial passant par les Coteaux de Saint-Adrien a été abandonné en raison d’un contentieux possible avec les autorités de Bruxelles en matière d’environnement. Parmi l’ensemble des variantes étudiées par les services de l’Etat, celle préconisée par le préfet (PSO, Port Saint-Ouen) tangente la N15 sur Gouy entre Ymare et le village des Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen pour ensuite couper ce dernier en deux avant d’enjamber la Seine par à un grand viaduc à 2×2 voies au-dessus de Port Saint-Ouen. Comme on pouvait le craindre, cette proposition méprise les enjeux humains et ce, malgré les mises en garde répétées de l’Association APACHE (Association Préservons un Air de Campagne aux Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen et son Environnement) et des élus locaux. Si ce projet devait être imposé en l’état et sans concertation, ce serait au prix d’un gâchis humain et environnemental  insupportable : familles expropriées aux Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen, habitations surplombées par un viaduc à Port Saint-Ouen, nombreuses entreprises détruites à Oissel sans compter la stérilisation de terres à forte valeur agronomique et le lot inévitable de nuisances chimiques et sonores découlant d’une circulation intense. Cette tentative de passage en force est d’autant plus incompréhensible qu’elle va à l’encontre des propres paroles du préfet qui déclarait lors de sa conférence de presse du 24 septembre : « toute variante qui ne ferait pas consensus tombe automatiquement « .

Comment espérer un consensus lorsque l’on bafoue aussi manifestement l’avis des « petits élus » qui ont pris clairement position contre le tracé du Préfet ? A l’évidence, la doctrine suivie par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) « Eviter, réduire, compenser » ne vaut que pour la préservation de la biodiversité. On peut dès lors sacrifier sans vergogne un ou plusieurs villages et ses habitants ainsi que dénaturer durablement environnement et cadre de vie. Consciente de cette menace potentielle mais soucieuse des impératifs de développement socio-économique, l’association APACHE s’est mobilisée dès 2006. Plutôt que de s’opposer systématiquement à toute forme de projet routier, l’association a opté pour une démarche proactive consistant à rechercher un consensus qui fait défaut depuis plus de trente ans et ceci au travers d’une large concertation avec les élus et décideurs régionaux de Seine-Maritime et de l’Eure. Un tracé alternatif a émergé et s’est affiné au fil des entretiens et contributions des différents interlocuteurs pour aboutir finalement à une solution consensuelle. Schéma du tracé alternatif proposé par APACHE « 2ter min ». Ce tracé court présente de nombreux avantages : il rempli la double fonction de relier l’A28 à l’A13 tout en permettant le contournement de Rouen par le sud. Il réduit significativement les impacts humains et environnementaux en utilisant des terrains préemptés depuis de nombreuses années. Il limite les coûts de réalisation grâce à la réduction du nombre de kilomètres à construire et d’ouvrages d’art dispendieux (gain net de 10 km par rapport à la variante « préfet-rentielle »). Le tracé s’affranchi en particulier du grand viaduc devant traverser la Seine avec une forte pente en virage ce qui représente un danger sérieux vis-à-vis des riverains du Port Saint-Ouen situés en contrebas. En effet, à la lumière de l’accident survenu le 29 octobre sur le pont Mathilde, il est impensable de vouloir dérouter le trafic poids-lourds pour faire passer les matières dangereuses dans une zone habitée avec les risques majeurs de propagation d’incendie que cela représenterait ! Finalement ce tracé porté par APACHE s’inscrit dans le contexte actuel (jumelage rail –route –fleuve en partie sud sur l’Axe Seine) tout en anticipant sur les projets de développement à long terme et les besoins exprimés par les maires des communes concernées. Toutefois, jamais la DREAL n’a semblé vouloir lancer les études nécessaires sur ce tracé alternatif pourtant porteur d’avenir pour notre territoire. Incapable de se remettre en cause et ayant déjà englouti près de 4 millions d’euros dans l’étude de 34 variantes, la DREAL s’est contentée de relayer le mot d’ordre du préfet consistant à faire en sorte « que le projet désormais avance  vite« . Il est grand temps qu’une concertation soit menée en toute transparence par les services de l’Etat via un nouveau débat public qui mettra en lumière l’ensemble des options possibles dont l’alternative proposée par l’association APACHE en liaison étroite avec les élus locaux. En effet, si les citoyens sont en droit d’attendre de leurs « grands élus » des solutions concrètes et réalistes à leurs problèmes de transport quotidiens, sans hypothéquer pour autant leur environnement et leur avenir, ils entendent aussi être consultés afin de ne pas être mis devant le fait accompli. L’association APACHE veillera à ce qu’un véritable débat puisse s’instaurer de manière constructive et défendra ses positions jusqu’au bout pour refuser « le fait du Prince » et faire émerger rapidement a contrario ce tracé court.

Une réflexion au sujet de « Un tracé court contre la variante « préfet-rentielle ». »

  1. Ping : Carte. Contournement Est de Rouen : un nouveau tracé « 76actu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *