Évolution depuis le débat public

Il ressort du débat public que ce tracé officiel reste toujours d’actualité mais conduit à la réalisation de nombreux ouvrages d’art en génie civil avec des échangeurs en dénivelé au niveau des différents points d’échanges prévus. De plus, ce tracé qui répond pourtant bien à tous les objectifs fonctionnels évoqués ci dessus, doit maintenant respecter les directives européennes en matière de développement durable et du respect du cadre de vie et de l’environnement telles que votées récemment par la Communauté Européenne. Ces directives visent en particulier à minimiser l’impact de tous les futurs ouvrages d’art et travaux d’aménagement du territoire sur:

– les ressources hydrographiques superficielles et souterraines.
– le bruit, la pollution de l’air et les risques d’accident de la circulation.
– l’intégration aux paysages ruraux en préservant la faune et la flore locale.

Face à ce nouveau contexte réglementaire, la maîtrise d’ouvrage (DDE) est amenée, outre le fait de trouver les financements à l’ensemble de cette opération d’envergure avec tous les principaux décideurs politiques, à évaluer quantitativement l’incidence de ce projet de contournement Est pendant toutes les phases de travaux jusqu’à réception et après mise en service des infrastructures. Cela passe notamment par l’établissement d’un dossier technique complémentaire non encore disponible (bilan environnemental confié à un bureau d’étude spécialisé « Environnement Vôtre » titulaire d’un marché qui devrait être prochainement validé par la Direction Régionale de l’Environnement.