Le tracé de référence

Le projet de contournement présenté officiellement par la maîtrise d’ouvrage étatique (DDE) lors du débat public clos le 9 novembre 2005 fait l’objet d’études depuis plus de 10 ans. Le tracé retenu s’inscrit dans un périmètre délimité par arrêté préfectoral du 4 novembre 1998. Il répond aux objectifs principaux suivants:

– assurer le raccordement par une 2×2 voies de section courante entre l’A13 et l’A28 en déchargeant l’agglomération rouennaise du trafic de camions, en particulier au niveau des quais de Seine. En effet, ce trafic génère une forte nuisance pour les riverains et un risque sécuritaire en cas de transit de matières dangereuses.
– améliorer les transports en commun sur les itinéraires ainsi délestés et faciliter l’accès au port.
– mieux desservir les zones d’habitation et d’activité du plateau Est par une plus grande fluidité à partir des axes privilégiés existants que sont les N31, N14 et N15.

Ce tracé de référence s’accompagne aussi d’une liaison 2×2 voies supplémentaire (virgule) entre le barreau Sud venant de la forêt du Rouvray et qui aboutit au Rond Point des Vaches sur Oissel, et le Mont Jarret près d’Ymare. Cette virgule impose un nouveau passage au dessus de la Seine par viaduc (image ci-contre réalisée par le bureau d’études Siriatech) et une traversée sous Belbeuf par tunnel routier au niveau des coteaux de St Adrien. Cette solution a été trouvée par la DDE pour minimiser à priori l’impact sur l’environnement naturel et les zones d’habitation attenantes plutôt qu’une traversée à ciel ouvert dans cette zone très vallonnée et en partie urbanisée.